La légalisation de l’assassinat

Publié le par arnautu.over-blog.com

Marie Christine Arnautu 2010

 

Communiqué de Marie Christine Arnautu, vice présidente du Front National en charge des Affaires Sociales,

 

Depuis plus de 30 ans, sous la houlette du sénateur radical socialiste Henri Caillavet (Président d’honneur en 1980 de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité – ADMD), de nombreuses tentatives ont été faites pour nous faire accepter la légalisation de l’euthanasie. Rien de nouveau donc sous le ciel de la culture de mort.

C’est ce même Caillavet et ses copains qui, en 2000, avaient incité les enfants handicapés (arrêt Perruche) à ester en justice contre leurs parents n’ayant pas eu recours à l’IVG et responsables de leur handicap : « Permettre à un enfant handicapé de venir au monde est une faute parentale et peut-être même le témoignage d’un égoïsme démesuré ».

Pas étonnant que cette même association, aujourd’hui présidée par Jean Luc Romero, conseiller régional d’Ile de France PS après avoir siégé à l’UMP, se félicite d’une « victoire de la liberté contre l’obscurantisme ».

Car chez ces gens là, disposer de la vie d’autrui est une victoire. Leur conception de la liberté est bien étrange : après avoir combattu pendant des décennies toute morale chrétienne ou même laïque, ils souhaiteraient qu’à travers une loi soient cautionnés tous les maux qui en ont découlé : la désespérance de la jeunesse en proie à la toxicomanie et à la détresse morale, la destruction de la famille, l’abandon des plus faibles d’entre nous, personnes âgées, handicapés, SDF, chômeurs. Toutes ces catégories dérangent, les vieux coûtent cher à notre société, surtout quand ils sont malades, alors une petite piqure vite faite pour s’en débarrasser, ça vous arrangerait bien Mesdames et Messieurs les fossoyeurs ? Et puis ça règlerait le problème des retraites… Vous auriez du proposer l’euthanasie obligatoire à 62 ans..

Prenez garde pourtant, au vu de la moyenne d’âge des sénateurs que cette loi ne se retourne contre vous !

Tuer, assassiner, éliminer, tel est le credo de ces défenseurs de disposer de la vie d’autrui dès lors qu’il devient un problème pour la société. 

 

A l’instar de Maurice Thorez qui écrivait en 1956, « le chemin de la libération de la femme passe par des réformes sociales, il ne passe pas par les cliniques d’avortement », le Front National exige et appliquera une véritable politique de solidarité nationale dans le cadre d’une révolution sociale et patriotique, prenant en charge tous ceux qui souffrent en les aidant à vivre dans les meilleures conditions possibles.

Commenter cet article

Robert CLAUS 16/03/2011 10:18


EUGENE ET CACOGENE

...
A la roulette russe, au grand jeu de la vie,
L'A.D.N. a misé trois sur le vingt-et-un
Enfonçant dans la chair l'épine de nerprun,
Aux lignes de son front paraît l'anomalie
Faisant de lui l'enfant à l'extase ravie.

Voici qu'Eugène gène et Cacogène aussi.
Si l'un, fruit d'une erreur, garde dans le silence
L'espoir secret de voir progresser la science,
L'autre, clone impuissant sous un ciel retréci
Cherche à combler un vide en son coeur endurci.

Misérable existance, héritage céleste,
On attend du premier qu'il soit venu parfait
Invincible soldat qui meurt et qui renaît,
On demande au second qu'il ne se manifeste
Ni dans quelque salon ni en songe modeste.

Quelqu'un ayant omis de fermer un verrou,
Du parc zoologique échappa le vieux gnou.
La bête court, sauvage, écumante de rage...
Eugène la terrasse et, voyant son courage,
Cacogène posa, sur sa joue, un bisou.

Robert CLAUS