Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le FN d'Ile-de-France derrière Marine Le Pen

Publié le par arnautu.over-blog.com

 

Marine Le Pen, lors du congrès du Front National à Tours, le 16 janvier 2011

Marine Le Pen, lors du congrès du Front National à Tours, le 16 janvier 2011

AFP PHOTO MIGUEL MEDINA
 
 
Marie-Christine Arnautu, responsable du Front d'lle-de-France, espère un nouveau souffle pour les cantonales.

Marie-Christine Arnautu, la responsable du FN en Ile de France est radieuse. Rien d'étonnant, c'est un proche de la famille Le Pen. Dans les années 70, elle a été quelquefois la baby-sitter de Marine Le Pen. Elle se réjouit donc de l'élection de son amie à la présidence du FN. Impossible de dire si les militants d'Ile de France y ont contribué.

Pour l'heure, il n'y a pas de statistiques du vote en fonction des régions. Mais sans doute. Car selon Marie Christine Arnautu, il y a eu 20% d'adhésions supplémentaires en Ile-de-France pendant la campagne interne.

 

Paris est même devenue pour la première fois le département le plus fort en nombre de militants juste devant le Pas de Calais.

 

Beaucoup d'adhésions au mois de décembre au moment de l'offensive médiatique de Marine Le Pen. Le parti aurait compté jusqu'à 2.500 demandes le soir où Marine Le Pen était l'invitée d'Arlette Chabot dans A vous de juger. Chiffre invérifiable.

 

Marie-Christine Arnautu se réjouit surtout  de l'évolution sociologique de ses nouveaux adhérents. " On retrouve des professions qui jusqu'içi n'étaient pas beaucoup représentés chez nous. Quelques professeurs, des cadres intermédaires du privé. La classe moyenne  qui a peur du déclassement". Ces adhérents, venus voter, vont-ils s'investir dans la vie quoitidienne du parti ? Ou Le Fn peut il être frappé du syndrome PS et UMP 2007, quand des gens se sont inscrits pour désigner un candidat à la présidentielle, puis n'ont pas renouvellé leur carte l'année d'après ? "C'est le danger, reconnait Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen, en cette ère de consumérisme électoral. A nous de les faire rester". "Et pour cela", renchérit Marie-Christine Arnautu, "le meilleur moyen est d'en investir aux élections cantonales. Vous en aurez quelques uns en Ile de France" Venussia Myrtil est l'une d'entre eux. Voir portrait en encadré.

 

Les élections cantonales seront un vrai test pour le Front national. Le premier rendez-vous électoral de Marine Le Pen . L'occasion de voir si les résultats sont en adéquation avce les sondages. Que peut attendre Le FN en Ile-de-France ? "J'assume ce côté vrai test électoral. J'espère que nous allons confirmer notre léger essor des dernières régionales. J'espère que l'on va faire de bons scores en grande couronne, il faut que cet élecorat là revienne vers nous. J'espère aussi que nous allons reprendre pied en Seine-Saint-Denis (dans les années 90, le FN faisait de bons scores dans le 93 et le 77, provoquant de nombreuses triangulaires).

 

Les triangulaires, ce sera plus compliqué cette année. Le seuil pour se maintenir au second tour a été relevé à 12,5% des inscrits. Ce qui correspond à environ 17% des suffrages.exprimés. Et comme on craint une absention forte, cela va être difficile pour le Front national en Ile-de-France.

 

Portrait d'une ex-membre du NPA, candidate FN

Vénussia Myrtil

Trop beau pour être vrai. Au mercato que se jouent les partis entre eux, c'est le transfert le plus improbable. Du NPA d'Olivier Besancenot au FN de Marine Le Pen. Les sociologues politiques et les prophètes du combat des extrêmes en ont rêvé, Venussia Myrtil l'a fait.

Cette étudiante en psychologie à Nanterre, âgée de 21 ans sera candidate FN aux cantonales à Aubergenville (78) après un passage au NPA. 

 

"J'ai adhéré au NPA au moment du CPE , puis des lois Darcos. J'étais lycéenne à Mennecy. A l'époque c'était encore la JCR (jeunesse communiste révolutionnaire). Dans les réunions  de la JCR, on parlait vraiment des problèmes des lycéens. Ce sont leurs droits que je voulais défendre. Mais dans les manifs il y avait toujours des slogans en faveur des sans-papiers. Là, je n'étais pas d'accord, car moi je suis patriote, j'aime mon pays. Je voulais d'ailleurs être militaire mais je ne suis pas assez musclée.  Je ne suis pas pour l'immigration. Un jour j'en ai eu ras le bol et je suis partie. Je leur ai dit que j'étais patriote, ils m'ont dit que j'étais raciste. Je n'ai pas rejoint le FN tout de suite. J'ai regardé sur le net les différents partis. Je suis tombé sur une vidéo de Marine Le Pen.  Elle alliait le côté social et patriote. Elle m'a plu. J'ai pris contact avec eux et je ne les ai pas trouvé facho ou raciste".

 

Précision. Venussia est métisse d'un père guadeloupéenne et d'une mère ariégeoise. Deuxième aubaine pour les recruteurs du Front.  "Mes amis du NPA sont toujours à la fac mais on ne se parle plus, car ils estiment que Marine m'a retourné le cerveau. Jamais, je n'aurais pas rejoint le FN pour Gollnisch. Pour Jean-Marie Le Pen, je ne sais pas. Pas maintenant. Pas à 20 ans. La perspective d'être candidate ne me fait pas peur. "Le plus dur ca va être de lever des fonds. Mais j'espère bien faire plus de 10%. Les cantonales ce sont une vitrine pour l'élection présidentielle."

 

Par Daïc AUDOUIT (Site web de France 3)

Commenter cet article