La Verrière : les bus sont à l’heure… de l’islam

Publié le par arnautu.over-blog.com

Communiqué de presse de Marie –Christine ARNAUTU, Vice-présidente du Front National en charge des Affaires Sociales :

L’islamisation rampante de nos villes, dont fait état la soumission des usagers des transports urbains de la zone de St Quentin-en-Yvelines aux horaires des prières musulmanes, est absolument inacceptable et appelle à un sursaut national et laïque.Les informations rapportées par Toutes les Nouvelles des Yvelines du 2 mars 2011, et dont nous prenons connaissance aujourd’hui, expliquent comment des usagers du réseau SQYBUS (deuxième réseau urbain d’Ile de France après la RATP  desservant une quinzaine de communes à l’ouest de Versailles) ont trouvé porte close devant la gare de La Verrière : les chauffeurs de bus étaient occupés … à faire des prières musulmanes dans l’allée centrale du bus !

Stupéfaits et indignés, des voyageurs ont fini par contacter SQYBUS, qui, au courant de ces faits, a suggéré d’écrire un courrier … ; dépités, ils ont dû attendre le bus suivant.

Ce 24 février dernier donc, les usagers yvelinois d’un réseau urbain français ont subi un diktat islamique imposé habituellement ; ils ont aussi exprimé leur révolte, mais personne ne les a entendus ni personne n’a réellement réagi.

 

Marie-Christine-Arnautu-affiche-officielle.jpg

Marie-Christine ARNAUTU, condamne vigoureusement cette nouvelle avancée de l’islamisation dans notre pays ; elle demande aux sociétés SQYBUS et Cars Perrier de prendre tous les moyens pour faire cesser immédiatement ces agissements ; enfin elle appelle les citoyens français à résister pacifiquement et politiquement en rejoignant et en soutenant le Front National.

Au moment ou M. Guéant accepte sans broncher l’arrivée prochaine des milliers de nord-africains de Lampedusa dans notre pays via le système Schengen, au même moment où le gouvernement fait de grands effets de manche sur le thème de la laïcité, le Front National réitère l’urgence à retrouver le contrôle de nos frontières et à stopper une immigration dont les lois et coutumes -étrangères à notre tradition française et laïque- mettent en danger notre identité et notre liberté.

Commenter cet article

moche 06/01/2013 15:46

Merci de venir enCreuse pour la galette ,je suis un ancien Air France Mécanicien Moteur a la DM je suis en invalidité depuis 2006,Air France depuis 1984,en Creuse nous avont beaucoups a faire pour
implanter le FN ,je suis en procédure et j'ai pris le cabinet Gilbert Collard contre un gros agriculteur qui n'a pas accepté que je revienne dans la maison de mes parents .Jaide Martial Maume

Sylvie 11/07/2011 02:36


la honte du sionisme

http://www.megaupload.com/?d=SWU6PNNL

L’inflation monétaire avait débuté en France par le système financier de Law John (né à
Edimburg en 1671, Franc-Maçon de la Loge Écossaise) qui, sous la Régence de Philippe
d’Orléans (Louis XV), 1715-1723, fut contrôleur général des Finances de France et créateur
de la Compagnie française des Indes, laquelle fit faillite. Période aboutissant à l’effroyable
banqueroute de 1720 et à la perte, par la France, des Indes et du Canada. Cette première
frénésie monétaire ébranla le Trône, quadrupla la monnaie, tripla le prix du pain, avant d’être
démonétisée et brûlée à l’Hôtel-de-Ville de Paris pour avoir ruiné maints Français.
Soixante-quinze ans après, vinrent les assignats et les mandats de la Convention
révolutionnaire maçonnique de 1792, inspirée par les Anglo-Saxons achkénazim. La
circulation monétaire fut multipliée par 33, le prix du pain par 1.000 et le sucre par 1.500. Le
papier-monnaie émis se réduisit au 1/3.000 de sa valeur de base.
Du papier-dollar, rappelons que le mot dollar, adopté en Angleterre vers 1620 pour
désigner les monnaies d’argent espagnoles négociées par les Juifs, s’appliqua au papiermonnaie
continental de l’Insurrection de 1776 (3) fomentée à Boston, colonie anglaise
d’Amérique, soit sept ans avant le Traité de l’Indépendance américaine acquise, en 1783, à
Versailles sous l’égide du Roi Louis XVI. La tourmente monétaire de ce dollar continental,
émis par des Ashkénazim durant la guerre de l’Indépendance, rogna sa valeur au 1/1.000 du
dollar argent de base. Celui-ci équivalait en 1775 au dolera espagnol par 25,92 grammes
d’argent pur, qui se réduisirent, en 1792, à 24,06 gr. ou à 1.504,6 milligrammes d’or fin, en
1900, puis à 888,67 milligrammes d’or en 1934, passant de 20,67 à 35 dollars l’once d’or fin.
Soixante-quinze ans après, la guerre de Sécession, conduite par Abraham Lincoln (dérivé
de Lin... Cohen), précipita la spéculation à la hausse de l’or (et à la baisse du papier) et mit en
évidence, dans ses causes et effets le mécanisme de l’enflure des green-backs (inflation, disent
les Yankees, dans la mesure produite, hors des États-Unis, de l’infortune des Nations
européennes durant la guerre de 1914-1918 — réitérée en 1939 — ayant soutiré leur garantie
monétaire d’or que Fort-Knox absorba).
En Russie, durant la Révolution judéo-maçonnique fomentée, en mars 1917, par le parti
achkénaze Bund, la circulation monétaire fut multipliée par 450 et le Rouble fut déprécié à
deux cents milliardièmes de sa valeur or. La vie fut hors de prix... Les emprunts d’or français,
collectés par les Rothschild parisiens pour les chemins de fer tsaristes, furent anéantis pour les
épargnants et l’État français.
L’inflation devint, en 1918, l’instrument de la ruine de la féodalité et de la bourgeoisie en
Autriche, en Pologne, en Allemagne... Dans ce pays administré presque entièrement par de
hauts fonctionnaires achkénazim (sionistes) de la communauté déjà forte de 3 millions
d’Israélites, les marks-billets passèrent de 3 milliards en 1914 à 22 en 1918, 122 fin 1921,
1.280 milliards fin 1922, 8.600 milliards en mai 1923, 3 quadrillions en août et 524
quintillions en octobre. Le cours du dollar américain dépassa 1.000 marks en août 1922 et
s’éleva jusqu’à 4.200 milliards de marks, par une augmentation de 613.000 marks à la
seconde. Sur la base 1 en 1913, la moyenne des prix en octobre 1923 atteignit 7 milliards
pour les prix de gros. Rentiers, propriétaires, commerçants scrupuleux perdirent la valeur de
leurs biens souvent rachetés par les Achkénazim, mais la dette de l’État administré par eux
3 Suscitée par les agitateurs achkénazim de Samuel Adams et autres opposés aux 5 intolérable acts du Parlement
anglais de Georges III, dont l'essentiel accordait la liberté religieuse aux Catholiques de Québec. L'Indépendance
des États-Unis fut gagnée autant par l'or du Trésor royal français que par les soldats de Rochambeau, du Roi
Louis XVI, qui firent capituler les troupes allemandes louées au Prince de Brunswick et commandées par Lord
Cornvallis à Yorktown, ultime champ de bataille, du pays découvert par les Espagnols et exploré par les Français
au début du XVIe siècle.
28 aux sources du sionisme
tomba à zéro. Durant cette inflation vertigineuse, l’Allemagne s’offrit à profusion des
spectacles de luxe et de débauche, pour faire oublier la misère dans les grandes villes.
En France la monnaie des vainqueurs de Verdun, privée de son encaisse-or, raflée par les
Achkénazim américains, se dévalua jusqu’à 79,7 % de sa valeur or. Limitée par R. Poincaré en
1928, la dévaluation s’accéléra sous les gouvernants maçons des IIIe et IVe Républiques, et ne
fut arrêtée que durant les dix années de la présidence de Charles de Gaulle. (La pièce de 10
francs-or français valait 5.640 anciens francs-papier, à la suite de la dernière dévaluation —
août 1969 — consécutive aux événements sionistes déclenchés à Paris, Strasbourg... en mai
1968, et applaudis dans les pays anglo-saxons, scandinaves, Pays-Bas, Italie, Israël et
principalement à New-York ainsi qu’à Paris.)
Rudyard Kipling stigmatisa la politique américaine : « Entrés trop tard dans la guerre, les
États-Unis ont empêché les Alliés de remporter une véritable victoire, puis se sont retirés sans
attendre de voir la tâche accomplie. Maintenant ils réclament l’argent prêté à leurs camarades de
combat» (de 1916 à 1918).
Le célèbre Franc-Maçon Georges Clemenceau déclara également aux Américains
achkénazim qui sommaient la France de payer ses dettes de guerre et réclamaient des gages sur
un pays épuisé : « Vous êtes venus trop tard et partis trop tôt... Vous êtes nos créanciers... La
France n’est pas à vendre, même à ses amis... Venez lire dans nos villages la liste sans fin de nos
morts, et comparons. N’est-ce pas compte de banque, la force vive de cette jeunesse perdue ? (4)
Les reproches du vieillard, abusé par la Franc-Maçonnerie anticléricale, qui, pour avoir
fait poursuivre la guerre jusqu’à épuisement des Français, était gravement coupable, expriment
ses regrets car il est mort dans la piété. Rappelons que ce radical-socialiste, devenu patriote,
était grandement responsable de la guerre. Né en 1841, député en 1875 du Parti dont il fut le
chef et directeur du journal l’Aurore de la Loge du Grand-Orient, Clemenceau Mt le
promoteur de la tardive et scandaleuse campagne antifrançaise (subversion maçonnique
achkénaze allemande) et de la révision du procès de l’officier Dreyfus (1897-1899), accusé en
1894, gracié en 1899, qui divisa les Français face au militarisme allemand activé par les partis
achkénazim. Président du Conseil de 1906 à 1909, demeuré anticatholique virulent, il revint
au pouvoir en 1917, poussé à l’âge de 71 ans, par le parti sioniste français, pour conduire la
guerre sous l’influence de son chef de cabinet Georges Mandel Joroboam Rothschild, placé
par la Franc-Maçonnerie des marchands de canons. Celle-ci refusa (1917) l’offre de paix
séparée avec l’Autriche qui, à sa demande, fut démembrée en 1919 au profit de l’État judéomaçonnique
tchèque, colonisateur de la Slovaquie et des Sudètes, causes de la Seconde Guerre
mondiale.
G. Clemenceau et Lloyd George, inspirés par Georges Mandel-Rothschild, signèrent un
accord secret maçonnique, en 1919, qui livrait l’Arménie aux Turcs, les pétroles de Kirkouk
aux Rothschild de la Shell-Royal-Dutch, plaçait la Syrie et le Liban sous un mandat militaire
4 Comparant l'immense gaspillage en hommes et en matériel commis, de 14 à 18, par les gouvernants, on estima
en France, vers 1924, qu'il correspondait pour le Territoire français et ses colonies au coût de la reconstruction
complète modernisée de toutes les villes et villages et de l'équipement des campagnes, de la rénovation entière du
réseau routier et de ses ponts, des chemins de fer, des ports et de la marine marchande... En outre, une assuranceretraite
aurait pu être donnée, à l'âge de 50 ans, à tous les habitants, ainsi que des études secondaires et
supérieures dispensées à tous les moins de 20 ans.
On sait que cette dilapidation aberrante des ressources françaises, par les dirigeants républicains F.-M. jusqu'auboutistes,
fut très largement dépassée durant la Seconde Guerre mondiale et les guerres coloniales d'Indochine, de
Suez et d'Algérie qui ont suivi. Cette dictature militariste stérile, imposée au détriment des secteurs fertiles
sociaux et économiques, gaspillage enrichissant une minorité privilégiée avertie, parmi laquelle une forte
proportion achkénaze, devait retarder le développement français.


Maya 23/06/2011 10:08


Bonjour,

Un nouveau forum vient d’ouvrir ses portes.Venez nous rejoindre pour continuer le combat à cette adresse
http://forumpatriotemlp.xooit.fr/index.php


MOULARD DE CHELLES 25/05/2011 15:46


bonjour, ne croyez vous pas que il devrait être inscrit dans la profession de foi,"agissons autrement, rendons la liberté au Français"
bien a vous amicalement et a bientôt MOULARD? AUX PROCHAINES ELECTION DE CHELLES